De loin, tel Chateaubriand et son pot de moutarde éternelle au bord de sa falaise, je contemple.

Mes amis! Tandis que le destin m'a conduit au coeur d'une petite SPRL, fait de moi un As du crédit et de l'assurance (oui, tous mes amis me le disent : toi !?  On t'aurait dit directement : "commerciale! tu étais faite pour devenir CO-MMER-CIALE!" je ne le suis évidemment pas du tout, je fais mon boulot hypercorrectement et c'est tout) et me permet d'affirmer "ouiheuuuu, je suis dans la finance", je vois venir la RENTREE!

Bouh. J'ai encore un frisson, invariablement. sisi, regardez, j'ai tous les poils dressés! Et je ne suis pas surprise de voir poindre les grèves en France, le 6 et le 7, les nouveaux stagiaires (des amis à moi arrivent à peine, à peine informés de leurs postes, frais émoulus d'une année affreuse de bachotage en maths ou en géo) et des suppléments dans tous les journaux pour faire l'état des lieux.

Premier constat. Avant on mettait en vis à vis (je vous bidouillerais bien une courbe mathématique, mais... ça me fatigue, parlons d'expérience) un article "la rentrée c'est pas gagné" contre dix "houlala nos petits choux, kilsoncontents" et "hoo c'est trop bien la rentrée il me tardait de retrouver mes petits choux"

Cette année la tendance est au témoignage vérité : "mes amis! A-PO-CA-LYYYYYYY-PSE!!!!!!!" dans le soir, nous avions en Belgique un supplément d'environ 20 pages d'horreur, avec à peine une stagiaire timide "sisi, je suis ben ben contente de faire ce métier qui est le plus bieau du monde" et un idéaliste "on fait des efforts c'est pas facile mais c'est si merveilleuuuuux!" (bon j'avoue je suis hyperméchante c'est un beau métier. Surtout vu de loin, de près bien plus rarement, mais pas la faute aux élèves, jamais.)

Il semblerait donc que la vérité soit porteuse. Titrons gaiment  : "plus de profs" "grève" "pénurie" " c'est le bordel"

Les journaux sont de moins en moins métaphoriques, de partout, clairement on peut LIRE et TOUCHER la réalité exsangue de nos écoles. Et apprendre que d'ici 5 ans il faudra 69 écoles de plus mais qu'on a pas un sou.

Courage , donc à toutes et toutes qui rentrez cette année, à tous les stagiaires, et mon cœur va a tous les grévistes convaincus, à tous les non grévistes par obligation mais qui d'esprit sont avec vous (pas de sous, peur de rater son stage...etc)

Bonne rentrée à tous les amoureux, tous les motivés,  tous les fous au grand cœur, tous mes collègues vaillants qui d'année en année luttent pour donner tout ce qu'ils peuvent malgré le temps qu'il fait.