Vous pouvez comme moi répondre à l'enquête du Monde en 1500 caractères :

http://www.lemonde.fr/societe/appel_temoignage/2010/02/16/selon-vous-la-securite-dans-les-colleges-et-les-lycees-s-est-elle-degradee_1306550_3224.html

Vous travaillez dans l'éducation nationale ou êtes parent d'élève. Avez-vous observé une dégradation de la sécurité dans les établissements scolaires ? Si tel est le cas, à quoi l'attribuez-vous ? Ou, au contraire, estimez-vous que les actes de violence ne sont pas nouveau en milieu scolaire ? Racontez-nous votre expérience. Une sélection de vos témoignages sera publiée sur Le Monde.fr.

J’ai cinq ans et deux couettes, une gentille maîtresse que je regarde avec des yeux contemplatifs pleins d’étoiles. Elle en sait des choses. Maman me dit qu’elle est un peu bizarre la maîtresse. Un jour elle est malade. Un jour elle pleure. Un jour elle disparait. Le médecin du village raconte qu’elle a fait une dépression. Je ne sais pas ce que c’est mais elle ne revient plus jamais.

J’ai onze ans. Un jour que le professeur demande à quelques élèves de l’aider à porter des livres, personne ne se décide. C’est une classe réfractaire. Il craque, dans une colère fulgurante, propulse une pile de manuels scolaires en direction de la classe. Quelques jours plus tard, il retrouvera ses pneus crevés.

J’ai quatorze ans. Elle parle dans le vide au milieu du bruit et de l’indifférence ostensible. Si on ne joue pas le jeu on se fait taper dessus. Un jour, elle craque : crise de larmes, elle sort de la salle au milieu de l’heure. Nous ne la reverrons plus qu’en pointillés. La veille, une autre s’était enfermée dans son armoire, le lendemain le piano sera renversé en plein cours.

Seize ans. Les copains fument des joins dans la cour d’école, le jour du bac, entre deux épreuves, on se remonte le moral à la bière. Cette année, ils ont repéré l’adresse de la prof d’anglais. Ils s’en vantent. Ils ont tué son chat, l’ont laissé devant sa porte.

22 ans. Prof. Prof de merde.

28 ans, démission.

La violence n’est pas nouvelle, mais plus elle fait de bruit moins le monde se donne le temps d’écouter. Et comme un emplâtre, au lieu de prévenir, on distribue des portiques de sécurité et on élimine les hommes. Oublions nous les uns les autres semblent crier les calculs ministériels.

Charlotte Charpot