N'importe quel observateur attentif aura sans doute relevé les commentaires faits par M. Le recteur de Montpellier dans la sus mentionnée gazette.

Je tenais quand même à relever la finesse de son analyse, et ce, même si j'y ai répondu avant même qu'il n'annonce la couleur, alors qu'il n'avait même pas lu le bouquin. (mais bon... c'est un peu la tendance dans l'actu de recopier le communiqué de presse de ma chère éditrice, ça va plus vite et c'est moins douloureux, en plus ça évite de penser. Merci aux journalistes qui ont vraiment bossé leur sujet : Le Monde, Fogiel, Télémoustique, Le Soir, et la Première RTBF)

Bref reprenons ensemble la très charpentée réponse de M. Christian Philippe que par ailleurs, je n'ai jamais rencontré.

"Quand les professeurs craquent, il y a toujours une raison, extérieure à l'établissement"

Toute ressemblance avec une phrase déjà prononcée des centaines de fois par le ministère et les entreprises privées du style France Télécom est purement fortuite. Ce n'est pas une stratégie éculée depuis l'an mille qui fonctionne toujours. Non. Nous avons TOUS une vie à côté du boulot qui rime avec alcoolisme, dépravation,sans doute stupre, divorce, la misère sociale et nous rampons dans des conditions de vie tellement effroyables (c'est d'ailleurs pour ça qu'on nous engage, hein, nous qui devons signer avant d'entrer un papier qui dit qu'on ne fume pas, qu'on ne boit pas, qu'on ne se balade pas nus dans la rue, et qui jurons  Ô grands dieux de ne jamais le faire durant notre Loooooongue carrière!) qu'on nous engage pour bosser avec les jeunes. Pour leur donner...??? l'exemple!
L'excuse de M. Christian est donc parfaitement recevable. Comme celle de France Télécom. Comprenez : quand tout va si bien au boulot on a une forte propension à aller chercher un peu d'animation ailleurs, manière de ne pas s'ennuyer. Aller, j'arrête là je risquerais de m'énerver.

"c'est marginal maximum 1%"

Calculons ensemble sur base de ce chiffre dont nous ne vérifierons pas les sources de peur d'être mauvaises langues :

1 000 000 profs. 1% = 10 000 personnes. Il a raison ça ne vaut pas le coup. Vraiment. Qu'on s'en préoccupe. Je vous renvoie sur ce point au passage dans le livre où je dis qu'on n'a pas le droit d'être le seul à aller mal. D'ailleurs cette théorie se vérifie : France télécom ; 24 suicides. Au premier on s'en foutait.

"l'éducation nationale est un grand système avec ses médecins ses assistantes sociales.... nia nia gni gna gna gna." on me dira depuis quand les assistantes sociales s'occupent des profs, et les médecins scolaires pareil. D'ailleurs on observera finement que pour un département il y a ... 1!!! médecin. Houra. J'ai attendu quatre semaines pour  le rencontrer si ce n'est pas plus.

"le statut de fonctionnaire a ses avantages qu'on ne quitte pas comme ça."

Merciiiiii. C'est certain ce sont les avantages qui nous font tenir. Merci d'apprendre au monde qu'il en reste. J'aimerais vous proposer de les citer. Qu'on rigole un peu. C'est de bonne guerre.

"il y a une mauvaise préparation au conditions de travail qu'en pensez-vous?" "il y a la formation continue"

Merciiiiii!!!!! Merci d'être exemplaire. Comme la formation de base est MAUVAISE (et il n'a pas dit le contraire) il faut y pallier par la formation CONTINUE!!! Tadaaaaam! nous connaissons si bien, nous autres la qualité aléatoire de cette formation. Mais bon, en plus du reste, ceci sous entend qu'elle est absolument GÉNIALE et qu'elle va régler tous les problèmes. Merci monsieur le recteur. Pourriez vous m'expliquer POURQUOI si on sait faire APRÈS des formations si géniales, on ne les a pas programmées AVANT de nous envoyer au casse pipe?? ^^

C'est sympa demain je témoigne dans la presse Française. Je pense qu'avec très grand plaisir, je vais vous citer de façon exacte pour illustrer le fait qu'on peut ressentir une certaine "violence" (avec tous les guillemets qui s'imposent) à la lecture de vos propos, bien plus que celle infligée par un élève qui déraille et qui dit : "madame, vous êtes une prof de ****"

Charlotte Charpot.